Site consacré aux ouvrages de Léo REYRE
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DIALOGUES sous influence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leo REYRE
Admin
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 77
Localisation : VALREAS

MessageSujet: DIALOGUES sous influence   Ven 10 Mar - 16:53

Vidéo-surveillance
 
A est à une table de bistrot. Il attend devant deux verres vides, une bouteille de 51 et une carafe d’eau.
B arrive et s’assoit. Puis il se lève et place sa chaise à côté de celle de A de telle manière que la table soit bien dégagée.
A, intrigué, le regarde sans rien dire.
A : Je commençais à désespérer. Comme j’ai entendu une ambulance, j’ai pensé que c’était peut-être pour toi.
B semble mal à l’aise.
B : Non. J’étais au téléphone en train d’essayer de me débarrasser d’une bonne femme qui voulait me vendre …Je sais plus quoi…Même pas Française, la bonne femme… Elle savait tout juste prononcer mon nom…Un accent roumain…ou malgache… ou asiatique…
A : Tu connais des bonnes femmes dans ces pays ?
B : Pas plus que toi.
A : Pourtant, celle-là savait ton nom.
B : Mal, mais c’était quand même mon nom.
A : Et elle avait ton numéro de téléphone.
B : Faut croire.
A : Une femme t’appelle par ton nom, elle a ton numéro de téléphone et tu prétends que tu ne la connais pas ?...Que tu la caches à ta femme, je comprends, mais à moi, un copain… Dis, c’était qui ?
B : Justement, je sais pas.
A : Tu lui as pas demandé son nom ?
B : Si.
A : Et alors ?
B : Elle a raccroché.
A : Pour moi, c’est une femme mariée qui cherche une aventure. Une cougar. Elle essaie pour voir si ça mord et si ça mord pas, elle raccroche et elle passe à un autre.
B : C’est sûrement ça. Hier, elle a fait le coup à mon voisin.
A débouche la bouteille de 51 et s’avance pour servir B.
A : Bonne dose, comme d’habitude ?
B met sa main sur son verre
B : Malheureux ! Je ne bois pas d’alcool, tu le sais bien.
A : Depuis quand ?
B : Depuis…
Il se penche en avant, prend un air énigmatique et fait signe à son ami de se rapprocher.
Tu fais semblant de rien…Tu lèves la tête doucement…doucement… naturellement et tu regardes en l’air du côté du lampadaire, juste là-devant…
Dis-moi un peu ce que tu vois.
A : Bah ! Un lampadaire.
B : Un peu plus bas.
A : Tu trouves que je parle trop fort ?
B : Un peu plus bas…au-dessous du lampadaire. Tu ne vois rien ?
A : Si : Un genre de truc enfermé dans un truc en verre. Un deuxième lampadaire !
B : Regarde mieux.
A : C’est pas un lampadaire.
B : Non. C’est pas un lampadaire : c’est une caméra…
A : Une caméra cachée ! J’adore. Quand ils passent des caméras cachées à la télé, je suis aux anges.
B : C’est pas pour la télé, celle-là. C’est pour me surveiller.
A : Dis pas des âneries.
B : Je te dis que c’est pour me surveiller.
A : Je sais qu’ils en ont mis un peu partout. Comme tu ne vas pas un peu partout, je pense qu’elles ne sont pas installées pour te surveiller spécialement.
B : Celle-là, c’est pour me surveiller, je te dis. Tu sais que ma femme fait des stages de reconversion. Elle est depuis un mois à la police municipale…Elle a eu son mot à dire, paraît-il, sur l’implantation des nouvelles caméras espionnes.
A : Tu penses que celle-là…
B : J’en suis sûr, je te dis. En ce moment, elle est devant les écrans. Elle surveille. Sers-moi un grand verre d’eau en faisant un grand geste pour qu’elle voie bien que c’est de l’eau.
A prend la carafe et verse l’eau de manière théâtrale.
A : Comme ça ?
B : N’en fais pas trop quand même. Il faut que ça reste naturel… Elle a dû mettre le zoom à fond… Maintenant, je vais boire en faisant comme si je me régalais…
A : Comment tu peux faire semblant de te régaler avec de l’eau.
B : Comme ça : Je bois et j’ai les yeux qui rient.
A : Ils rient pas, ils pleurent...Tu m’impressionnes…Ça fait pas trop mal ?
B : Un supplice… Sers-moi encore, s’il-te-plaît.
A : Tu veux te suicider ?
B : Sers.
A sert théâtralement. B boit son second verre sans broncher.
A: Si tu veux, j’appelle le SAMU… Arrête, s’il-te-plaît : je sens que je vais me sentir mal rien qu’à te voir.
B : Avec ça, je suis tranquille jusqu’à demain. Ce soir, j’aurais peut-être droit à un petit supplément.
A : Un petit supplément d’eau ?
B : Ne fais pas celui qui ne comprend pas.
A : Et son stage de ta femme, il dure encore longtemps ?
B : Encore un mois.
A : Elle va te tuer, la…
B : La garce, tu peux le dire.
A : L’eau, ça te pourrit la nuit.
B : Je sais, tu te lèves pour pisser tous les quarts d’heure.
A : Comment tu fais pour assurer au travail ?
B : Impossible d’assurer. Je crois que je vais me faire porter pâle pour un mois.
A : Je crois que c’est ce que tu as de mieux à faire… à moins qu’on change de bistrot.
B : C’est pas une bonne idée. Elle sait que je viens ici et pas ailleurs. Si elle ne me voit pas sur son écran, elle va s’inquiéter.
A : C’est beau une femme qui s’inquiète pour son mari.
B : Oui, c’est beau. Seulement, si elle s’inquiète, elle fera mettre des caméras  devant tous les endroits où on sert du 51 jusqu’à ce qu’elle me retrouve… Et ta femme à toi, elle te dit rien quand tu rentres ?
A : Rien du tout. Quand je rentre, elle dort avec sa bouteille de Vodka sur la table de nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leo-reyre-valreas.forumactif.org
 
DIALOGUES sous influence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Un sous-marin chinois heurte un sonar remorqué US
» quelqu'un a un model de reçu sous Excel (ou autre)
» Sous-marin Scorpène ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEO REYRE :: THEATRE-
Sauter vers: